Cabinet d'Ostéopathie et de Rééducation de la grande rue à Besançon
Tél : 03.81.83.30.88
  • twitter
  • google
  • facebook

Les étirements, OUI MAIS

Les étirements, OUI MAIS

De tous temps les sportifs, surtout s’ils sont jeunes, rechignent à faire des étirements. On leur inculque que les étirements ont pour but d’améliorer la récupération et surtout d’éviter que leurs chaines musculaires se raccourcissent inutilement ce qui aurait un effet néfaste sur la posture et sur la qualité du mouvement.

Après un effort, qui inévitablement raccourcit les muscles, il faut mettre en place une récupération de la souplesse musculaire et de l’amplitude articulaire, mais on n’est pas obligé de le faire dans l’instant.

On sait maintenant que les étirements en fin de séance ne modifient en rien les courbatures et ne favorisent pas une récupération plus rapide.

De nombreux auteurs (Freiwald, Engelhardt, Konrad, Jäger, Gnewuch. Manuelle Medizin. 1990) ont tenté de montrer scientifiquement que les étirements statiques réalisés en fin d’entraînement compriment les capillaires et diminuent la vascularisation et l’apport sanguin.

D’autres auteurs : Johansson, Lindstrom, Sundelin, Lindstrom (The effects of pre-exercise stretching on muscle soreness, tenderness and force loss following heavy eccentric exercise. Scand J Med Sci Sports. 1999) ont voulu montrer que la pratique des étirements avant, pendant ou après un entraînement ne limite en rien les courbatures d’après séance.

Enfin Wessel, Wan (Effect of stretching on the intensity of delayed-onset muscle soreness. Clinical J Sports Med. 1994) n’ont de leur côté constaté aucune atténuation des douleurs dans les trois jours suivants des séances difficiles mais une augmentation de la myolyse et une diminution de la force musculaire.

Que doit on en penser? 

De telles affirmations vont laisser croire à tous ceux qui n’aiment pas faire des étirements qu’ils peuvent donc s’en passer. NON surtout pas !!!

Si on considère la récupération après effort, on doit admettre que les étirements ne sont pas les mieux placés, qu’ils ne soignent en rien les courbatures. D’autres techniques sont là pour ça, le massage en est une.

Il serait bon de se demander pourquoi les sportifs continuent de penser qu’il faut casser des fibres musculaires pour s’entrainer ?  ( et oui on sait que les courbatures sont des micro-lésions ) Il y a bien longtemps qu’en formule 1 on ne casse plus des moteurs pour les rendre plus performants.

Au regard de la performance pure, les étirements n’ont pas prouvé leur utilité. Et oui c’est pour cela qu’on doit continuer à s’entraîner.

Par contre pour ce qui est d’entretenir la souplesse et de préserver les amplitudes articulaires on n’a encore rien trouvé de plus efficace.

Vous vous demandez maintenant quand pratiquer les étirements statiques, la réponse est simple : en fin de séance, si elle n’a pas été traumatisante, avec des mises en tension courtes ou entre les séances avec des postures plus longues !

Les séances d’étirements entre les entrainements sont essentielles. Elles permettent de travailler les groupes musculaires qui en ont vraiment besoin et elles sont un vrai moment de gestion de la détente et du stress.

Et c’est bien là que le problème se pose car la plupart du temps le commun des sportifs ne voit pas l’intérêt de faire des étirements alors qu’il ne s’est pas entraîné.

Tout cela nous promet encore des cabinets de rééducation bien remplis avec des sportifs qui souffrent de tendinites et de troubles posturaux.

Leave a Reply